Rechercher

[Journal de bord] Mis à jour - 19 avril - Au contact de la banquise...

De retour en France, avec une bonne connexion internet, nous réécrivons les posts du journal de bord pour les compléter et ajouter les photos réalisées durant le voyage.

Ce matin, on est réveillé par un nouveau bruit. On s’est habitué aux vibrations et au ronronnement des machines qui sont toutes proches de notre cabine. Mais là, ça racle, ça frotte, ça tape. De plus, le bateau semble au ralenti…


On jette un œil par le hublot… des plaques de glace sont tout autour ! Et plus de terres à l'horizon...

Dans la nuit, nous avons fait cap au Nord. Nous avons rencontré la limite du « pack », c’est la banquise constituée de plaques de glace dérivante et fracturées.

Pour Francine, c’est un rêve d’enfant qui se réalise, on voit des films, des images dans des livres et un jour, on a la chance de voir la banquise en vrai…

Le Polarfront n’est pas un brise-glace mais il peut naviguer en poussant ces blocs de glace. N’imaginez pas des plaques lisses posées les unes à côté des autres. Le spectacle qui s’offre à nous est plutôt un enchevêtrement de blocs, de plaques entremêlés résultats du combat de la banquise contre les vents et les courants.

Le soleil joue avec la brume générée par la différence de température entre l’air (-12°) et l’eau (entre +2 et 0,5°). Le spectacle est envoûtant.

La progression se fait à faible vitesse (0,5 à 2 noeuds c’est à dire entre 1 et 4 km/h) en se faufilant entre les plaques de glace les plus grosses. Nous passons la latitude des 80° nord, le pôle Nord est à environ 1000 km.


Éric vous explique le "pack" en vidéo.

Pour des activités sur l'évolution de la banquise arctique, les changements climatiques et les conséquences de la diminution de la banquise, niveau Lycée et niveau Collège.

La veille attentive aux ours polaires s’installe à la passerelle, à l’avant et à l’arrière du bateau. Parmi les nombreux oiseaux qui nous entourent, nous observons une nouvelle mouette : la mouette ivoire. Elle est entièrement blanche et ne vit que proche de la banquise.


Nous profitons du début d’après-midi pour interviewer Yann-Pol le chef mécanicien du Polarfront qui avait déjà participé à la visioconférence organisée en septembre dernier. Nous lui avons posé les questions des élèves. Il nous a parlé de sa formation pour devenir chef mécanicien sur Polarfront. Il nous a décrit les différents éléments du bateau qu’il doit surveiller, entretenir et réparer si besoin : les nombreux moteurs (pour la propulsion, pour produire de l’électricité, pour les zodiac), la grue, le guindeau (qui sert à remonter la chaîne d’ancre), la production et la distribution électrique; la production d’eau, la plomberie… beaucoup d’éléments techniques du navire sont sous sa responsabilité.

En action sur le pont, la grue est un des éléments géré et entretenu par Yann-Pol.

En fin de journée, nous observons un gros phoque barbu allongé nonchalamment sur la banquise.


Malheureusement la journée se termine sans observation d’ours polaire mais le voyage n'est pas terminé. Ce soir, un vent du sud se lève nous obligeant à quitter cette zone de glace, il pourrait pousser les plaques vers nous et créer des zones compactes compliquées à naviguer.


Position : 80°28 N 12°29E

Température de l’air : -12°

Température de l’eau : 2°


Merci à Latitude blanche d'avoir rendu possible cette résidence pédagogique.

Toutes les images: Passagers des sciences.

Encore une image, parce que c'est trop beau!

145 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout