Rechercher

[Journal de bord] Mis à jour - 22 avril - Glacier Lilliehook et Ny Ålesund

De retour en France, avec une bonne connexion internet, nous réécrivons les posts du journal de bord pour les compléter et ajouter les photos réalisées durant le voyage.

Tôt ce matin, nous entrons dans la baie de La Croix (point 10). Nous avons poursuivi notre retour vers le Sud dans la nuit. Le fjord est très long, il semble qu’on atteindra jamais le glacier qui paraît ne jamais se rapprocher! Il est immense, le front fait près de 10km de long. Des icebergs parsèment le fond du fjord ce qui oblige le navire à ralentir et à slalomer entre les plus gros blocs.

Il n’y a pas de banquise dans le fond de ce fjord qui est sous l’influence d’une branche du courant océanique plus doux qui s’appelle le Gulfstream un peu moins froide (contrairement aux fjords du nord de l'île).

On observe à nouveau une mère morse et son petit qui nagent juste en avant du glacier.


Au plus proche du front, l’eau est couverte de glace pilée. Ces morceaux de glace proviennent du front du glacier qui se casse et laisse tomber dans la mer des morceaux de glace qui deviennent des icebergs. On dit que le glacier vêle.

Pour apprendre ou réviser les différents types de glaces, direction les ressources.

Le zodiac s’approche et on entend le chant de la glace, comme un crépitement doux. Dans les plus gros fragments, on voit les bulles d’air emprisonnés lorsque la neige se tasse et devient de la glace. Ce sont ces bulles d’air qui crépitent quand elles sont libérées par la glace qui fond dans la mer. Le spectacle est hypnotisant, la diversité des formes et des couleurs de la glace est captivant.

A l’arrêt au milieu des glaces, nous avons la visite de deux fulmars curieux qui s’approchent à quelques mètres du zodiac.

fulmar boréal

En fin de matinée, on navigue jusqu’à Ny Ålesund, la « ville » dédiée à la recherche scientifique.

Nous débarquons et tentons de rencontrer Florian Tolle, un glaciologue français qui travaille au laboratoire de recherche franco-allemand AWIPEV. Il nous avait présenté son travail sur un glacier proche de Ny Ålesund. Malheureusement le laboratoire est vide. Florian travaille sur le terrain et ne rentrera pas à la base prochainement.

Partout dans le monde et particulièrement en Arctique, les glaciers sont des sentinelles du climat, suivre leur évolution nous permet de mieux mesurer et comprendre ces phénomènes.

Vous pouvez utiliser les données récoltées par l’équipe de sur le glacier “Austre Lovenbreen” dans ces dossiers niveau lycée ou niveau collège.


Nous profitons d’être à terre pour se rendre sur le lieu de décollage de l’expédition vers le Pôle Nord en ballon dirigeable d’Amundsen en 1926. Il est impressionnant d’imaginer le courage qu’il fallait pour s’engager dans de telles expéditions. Amundsen et ses compagnons deviendront les premiers hommes à atteindre et survoler le Pôle Nord.

Pour en savoir plus sur les explorateurs du pôle Nord, des ressources pour le primaire.


Comme toutes les terres sont recouvertes de neige, Eric a du mal à reconnaître les paysages qu’il a déjà parcourus en été lors d’une expédition en kayak en 2007.


Retour au bateau en fin de journée.

Les couleurs du soleil de minuit.

Position : 78°93N 11°93E

Température de l’air : -6,5°

Température de l’eau : 2,4°

Merci à Latitude blanche d'avoir rendu possible cette résidence pédagogique.

Toutes les images: Passagers des sciences.


132 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout